Qu’est-ce que la gestion de la trésorerie ?

La gestion de trésorerie est essentielle pour la solvabilité d’une entreprise. Ce guide explore les techniques de gestion financière, l’élaboration de plans et budgets de trésorerie, et l’optimisation des flux de trésorerie. Découvrez comment assurer la stabilité et la viabilité financière de votre société.

La gestion de trésorerie est une des missions incontournables des professionnels de la comptabilité et de la finance dans une entreprise. De la trésorerie découle la solvabilité d’une entreprise et sa capacité à répondre à ses obligations financières. Dans ce guide, découvrez tout ce qu’il vous faut savoir pour mettre en place une gestion de trésorerie efficace et assurer la pérennité de votre société.

Qu’est-ce que la gestion de trésorerie ?

La trésorerie représente les ressources financières qu’une entreprise peut mobiliser à un instant T pour s’acquitter de ses charges : fournisseurs, salariés, administrations publiques, etc. Le solde de trésorerie dépend des flux relatifs aux entrées et aux sorties d’argent. Dans l’idéal, les entreprises doivent toujours disposer d’une trésorerie excédentaire, signe d’une bonne santé financière. À défaut, il leur faudra recourir à d’autres modes de financement.

La gestion de trésorerie regroupe les techniques de gestion de ressources financières d’une entreprise. Cela comprend plusieurs actions comme :

  • piloter et suivre les données en comptabilité pour obtenir la situation financière au jour le jour ;
  • confectionner le plan de trésorerie et le budget de trésorerie ;
  • assurer le reporting et analyser les écarts entre les flux prévisionnels et les flux comptabilisés ;
  • gérer les relations bancaires, notamment pour obtenir des lignes de crédits ;
  • identifier et maîtriser les risques d’insolvabilité en prévisionnel ;
  • assurer le placement des excédents de trésorerie. 

Avoir une bonne gestion de trésorerie revient donc à assurer la stabilité et la viabilité financière de l’entreprise à court terme (maîtrise des risques de liquidités) et à long terme. 
Il s’agit également d’optimiser la trésorerie disponible en limitant les coûts de financement et en maximisant le rendement de la trésorerie excédentaire. 

Les fondements de la gestion de trésorerie

Le flux de trésorerie, ou cash-flow représente les mouvements de liquidités entrant et sortant des comptes de l’entreprise. Il existe différentes catégories de flux :

Catégorie de flux Description
Flux de trésorerie de l’activité (FTA) Il s’agit de la majorité des flux de trésorerie, ceux liés aux paiements des clients et des fournisseurs.
Flux de trésorerie de l’investissement (FTI) Ils sont issus des opérations de vente et d’achats d’actifs corporels et incorporels.
Flux de trésorerie de financement (FTF) Ils concernent l’ensemble des produits et des charges provenant des activités de financement, par exemple une augmentation de capital, le remboursement d’un emprunt bancaire, la perception d’une subvention. 

Dans une entreprise, l’analyse du cash-flow est assurée par différents acteurs en interne selon de la taille de l’entreprise :

  • le dirigeant d’une TPE ou PME ;
  • le directeur financier dans une grande société ;
  • le personnel financier (trésorier ou comptable) ;
  • le contrôleur de gestion. 

optimiser gestion tresorerieLe cash-flow n’est pas seulement une donnée financière. Il se trouve au cœur de la relation commerciale des entreprises avec les clients et les fournisseurs (mouvements d’argent liés au recouvrement des créances et au paiement des factures). La gestion de trésorerie dépend également des financeurs : établissements bancaires (accord de prêts et de lignes de trésorerie), investisseurs, structures accordant des subventions, etc.

Pour gérer la trésorerie, les professionnels peuvent utiliser plusieurs outils :

  • le plan de trésorerie ou tableau de trésorerie prévisionnelle. Il s’agit d’un document permettant de visualiser les fonds disponibles à partir des décaissements prévisionnels et des encaissements prévisionnels.
  • le budget de trésorerie prévisionnel pour anticiper les mouvements financiers et mettre en évidence les impacts des décisions liés aux objectifs de l’entreprise. 
  • le tableau de financement est utilisé le plus souvent pour anticiper les flux d’argent entrant et sortant dans le cadre d’un projet déterminé.

Quelles sont les composantes de la trésorerie active et passive ?

La trésorerie active comprend les données du bas de l’actif du bilan comptable désignées comme « disponibilités ». Il s’agit des :

  • soldes de trésorerie ;
  • créances clients ;
  • avoirs bancaires ;
  • avoirs en caisse mobilisables à tout moment ;
  • stocks ;
  • valeurs mobilières de placement (VMP) si elles peuvent être transformées en liquidités sans délai et sans risques.

La trésorerie passive, quant à elle, regroupe les données suivantes :

  • concours bancaires courants (les découverts, facilités de caisse et crédits à court terme) ;
  • effets escomptés non échus ;
  • soldes créditeurs de banque.

Les deux notions servent au calcul de la trésorerie nette :

Trésorerie nette (TN) = trésorerie active (TA) – trésorerie passive (TP)

Une autre formule utilise les données du bilan fonctionnel :

TN = fonds de roulement net global (FRNG) – besoin en fonds de roulement (BFR)

En analyse financière, un solde de trésorerie nette positif est l’indicateur d’une situation favorable pour l’entreprise.

gestion tresorerie entreprise

Comment gérer la trésorerie de l’entreprise ?

Pour établir vos prévisions de trésorerie, deux approches sont possibles :

  • l’approche sur le court ou moyen terme (de 1 à 6 mois). Le tableau de trésorerie contient les encaissements et décaissements engagés pour déterminer vos besoins en financement.
  • l’approche sur le long terme (3 ans avec des prévisions mensuelles ou trimestrielles) comprenant notamment la variation du BFR et la rotation des stocks.

Quelle que soit l’approche, il est nécessaire d’analyser en détail les encaissements et les décaissements de votre société en s’appuyant sur les différents flux de trésorerie. Cette étape nécessite de recueillir toutes les informations utiles au sein de l’entreprise : charges de personnel, dépenses en marketing et communication, honoraires de l’expert-comptable, investissements, etc.

La gestion de trésorerie consiste aussi à optimiser le BFR pour maximiser l’efficacité des actifs et des passifs courants. 3 leviers peuvent être actionnés :

  • agir sur la gestion des stocks. L’entreprise cherchera à réduire ses stocks, par exemple en travaillant à flux tendu ou en réalisant des inventaires régulièrement afin de mieux contrôler le niveau des stocks nécessaires.
  • agir sur la dette fournisseur. Cela requiert en particulier de négocier des délais de paiement des factures plus favorables avec les fournisseurs.
  • agir sur le poste client. Cela revient à obtenir le règlement des factures plus rapidement (demande de paiement d’acomptes, réduction des délais de paiement avec la possibilité d’accorder des escomptes, faire appel à un factor, etc.).

D’autres solutions peuvent aussi être envisagées en cas de difficultés de trésorerie : réduction des coûts de fonctionnement, gains de productivité, report de certains investissements…

Quelles sont les bonnes pratiques pour une gestion efficace de la trésorerie ?

gestion tresorerie optimiseeLa mise en place d’une politique de gestion de trésorerie passe par un suivi très régulier, à la journée ou à la semaine, des données impactant les flux financiers. Cela nécessite une coordination du service financier avec les différents départements de l’entreprise et une mise à jour des informations financières en permanence. Si votre société ne possède pas de compétence en gestion de trésorerie, il sera nécessaire de prévoir une action de formation. Certains éditeurs de logiciels assurent la formation à leur outil.

Gérer sa trésorerie repose aussi sur l’utilisation de solutions technologiques innovantes. Ainsi, il est fortement recommandé d’utiliser un logiciel de gestion de trésorerie pour suivre sa situation financière. Les logiciels comme ceux que propose DIMO Software permettent en effet de :

  • recenser les opérations ayant un impact sur les liquidités : achats, recettes, gestion des stocks…
  • automatiser les tâches courantes comme le rapprochement bancaire ;
  • disposer d’outils de reporting pour bénéficier d’une vue globale de la trésorerie en permanence.

La gestion de trésorerie consiste à anticiper les éventuelles difficultés de solvabilité de l’entreprise et donc sa santé et sa viabilité. Pour ce faire, les professionnels utilisent des outils comme le plan de trésorerie et le budget de trésorerie. 

La gestion de trésorerie dépend également de facteurs clés comme la politique commerciale, les relations clients-fournisseurs (impactant le besoin en fonds de roulement), l’amélioration des processus internes, etc.

Il est difficile de suivre efficacement sa trésorerie à partir d’un tableau Excel. L’avenir est désormais au recours à des logiciels de gestion de trésorerie qui permettent notamment d’automatiser nombre d’opérations.

Vous gérez votre trésorerie sur Excel ? Laissez derrière vous les frustrations et les risques d’erreurs. Modernisez votre gestion de trésorerie et découvrez comment vous gagnerez en efficacité en optant pour un logiciel de gestion de trésorerie.

CONTACTEZ-NOUS

Partager cet article
Découvrez également

Vous avez un projet, des questions ?

Écrivez-nous et restons en contact

Contactez DIMO Trésorerie
Retour en haut