Le guide complet sur le risque de change

Notion familière des entreprises exportatrices comme des entreprises importatrices hors de la zone euro, la gestion du risque de change est cruciale pour se préserver des conséquences financières liées à la fluctuation des taux.

DIMO Software vous propose un guide complet sur le risque de change, ses différentes formes et les solutions de couverture qui existent. Tout savoir sur le risque de change

Définition du risque de change

On appelle risque de change l’incertitude, à court comme à moyen terme, liée à l’évolution du taux de change des devises étrangères. La variation potentielle du taux de change fait qu’une entreprise qui effectue des transactions internationales en dehors de la zone euro prend le risque que la valeur de la monnaie utilisée pour le règlement change. Un délai plus ou moins long sépare une facturation de son règlement : entre-temps, les variations des cours des monnaies peuvent entraîner une perte de revenu et causent, dans tous les cas, des difficultés aux professionnels.

Tout ce qu’il faut savoir sur le risque de change

Quels sont les différents types de risque de change ?

On distingue deux grands types de risque liés aux fluctuations des taux de change :

  1. Le risque de transaction
  2. Le risque de perte de compétitivité

Le risque de transaction est ponctuel, lié à la possibilité d’un changement de valeur de la monnaie de règlement entre la facturation et le paiement. Le risque de perte de compétitivité est un risque à plus ou moins long terme, qui peut remettre en cause la présence et la position concurrentielle d’une entreprise dans un autre pays.

Quelles sont les conséquences des risques de change pour une entreprise ?

Le risque de transaction désigne le problème de délai entre la signature d’un contrat et le règlement monétaire de l’opération. Si le cours de la devise impliquée change durant ce délai, le montant final de la facture sera affecté lorsqu’il sera reconverti dans la monnaie locale du pays d’exercice de l’entreprise. La variation du taux de change peut être très défavorable et faire perdre sa rentabilité à la transaction.

Le risque de perte de compétitivité est lié à la manière dont les prix des produits et services peuvent être affectés par les variations de taux de change. Cette perte de compétitivité peut advenir de manière ponctuelle, mais aussi à moyen ou long terme. Une entreprise peut ne plus être concurrentielle sur un marché étranger du fait d’une hausse de valeur de la monnaie nationale. Les marges peuvent également être affaiblies par les fluctuations du taux de change.

Conseils sur le risque de change by DIMO Software

Des techniques de gestion, des méthodes de prévention et des dispositifs de couverture offrent plusieurs solutions face au risque de change.

Bien choisir sa monnaie de facturation

Le choix de la monnaie de facturation doit d’abord être l’objet de toutes les attentions lors d’une transaction à l’étranger. Si vous êtes en position de force dans la négociation, vous pouvez choisir la monnaie mentionnée dans le contrat de vente. Le choix de votre monnaie nationale pour la facturation permet de transférer le risque sur l’acheteur. Étudier avec attention les tendances de fluctuation des taux de change peut permettre de facturer dans la devise idéale. Il faut cependant garder à l’esprit que le choix même de la devise est un argument concurrentiel : un acheteur étranger sera séduit par une entreprise acceptant de facturer dans sa devise.

Prévoir l’évolution du taux de change dans ses contrats

Il est possible de prévoir dans vos contrats de vente ou d’achat des clauses spécifiques visant à couvrir le risque de change. Il peut s’agir d’une clause multidevises, qui permet de choisir la monnaie de règlement à échéance en fonction de l’évolution des taux depuis la signature du contrat. Il peut aussi s’agir d’une clause de risque partagé qui prévoit de répartir entre les deux parties contractantes les conséquences d’un taux défavorable pour l’une ou l’autre. Ces clauses permettent de diminuer, voire d’éliminer le risque de change dans le cadre d’une transaction internationale.

Jouer sur les délais de règlement

Agir sur les délais de règlement dans la monnaie étrangère vous permet de diminuer également le risque de change. Il s’agit d’anticiper les cours de change et de retarder (lag) ou d’accélérer (lead) les paiements réalisés dans une devise étrangère en fonction des fluctuations et prévisions de fluctuation. Le principe de cette méthode, appelée termaillage, a pour objectif de profiter de l’évolution des cours en jouant sur les délais de paiement. La technique du termaillage illustre comment la gestion du risque de change peut aussi s’avérer un véritable levier de rentabilité, au service du pilotage financier et commercial de l’entreprise. La méthode permet d’éviter le risque, voire de le transformer en opportunité.

Conseils sur le risque de change by DIMO Software

Souscrire une couverture contre le risque de change

Les compagnies d’assurance comme les banques proposent aux professionnels des dispositifs de prévention contre les risques de change. Plusieurs instruments de couverture existent : l’un des plus courants est l’AED, Avance en Devise, appliqué à l’import et/ou à l’export. Dans le cas d’un dispositif AERD export par exemple, l’entreprise exportatrice peut bénéficier d’un prêt de la part de la banque, couvrant la somme de la créance durant toute la durée du délai de paiement. Autre dispositif de couverture du risque lié aux fluctuations de valeur des monnaies, le change à terme consiste à fixer un cours de change pour une date ultérieure dès la signature du contrat. L’échange de devise s’effectuera ensuite en simultané à la date fixée, sans flux de trésorerie en amont.

À retenir sur le risque de change

Souvent peu connu des entrepreneurs, le risque de change est pourtant réel dès lors qu’on projette de vendre ou d’acheter des produits et services à l’international, hors de la zone euro. Le problème peut se poser pour de très petites entreprises dans le cadre de leurs échanges avec le Royaume-Uni, et pas seulement pour les grands groupes présents sur plusieurs continents. La variation des taux de change, pas toujours prévisible, rend les engagements risqués, à court terme comme à plus long terme. Connaître le risque, c’est aussi déployer en amont les solutions pour s’en prémunir : choix de la devise, clauses contractuelles dédiées et dispositifs de couverture proposés par les banques en font partie.

Partager cet article
Découvrez également

Vous avez un projet, des questions ?

Écrivez-nous et restons en contact

Contactez DIMO Trésorerie
Retour haut de page