Le guide complet sur le cash pooling

Méthode de gestion de trésorerie propre aux groupes et entreprises multi-établissements, le cash pooling peut être interne ou bancaire et se décline en techniques de cash pooling physique, notionnel et international.

DIMO Software vous propose un guide complet pour bien comprendre ce qu’est le cash pooling, ses avantages, ses limites et les conditions de sa mise en place. Tout savoir sur le Cash Pooling

Définition du cash pooling

Le cash pooling est une technique de cash management qui repose sur la centralisation de la trésorerie : l’anglicisme peut précisément se traduire par « mise en commun de la trésorerie ». Cette méthode de gestion de trésorerie est utilisée par les groupes composés de plusieurs filiales afin d’optimiser les soldes de trésorerie de l’ensemble des établissements. La gestion de trésorerie centralisée peut être mise en place dans toute entreprise à structure multi-sociétés. C’est la maison-mère, c’est-à-dire la holding, qui joue le rôle d’unité centralisatrice à partir de laquelle les liquidités sont réparties de manière pertinente entre les filiales. Le cash pooling a pour objectif d’équilibrer les comptes bancaires de toutes les filiales, afin d’éviter que certains établissements du groupe soient déficitaires et doivent recourir à des emprunts onéreux alors même que la santé du groupe est bonne et que des liquidités sont disponibles dans d’autres de ses filiales.

Tout ce qu’il faut savoir sur le cash pooling

Quels avantages présente le cash pooling ?

Le cash pooling optimise la gestion des liquidités en lissant la trésorerie globale de l’entreprise multi-sociétés. En cas d’excédent, la technique de gestion centralisée permet de capitaliser sur les bénéfices réalisés par l’ensemble des filiales, à travers des placements à plus haut rendement. En cas de déficit, les frais bancaires sont limités puisqu’un seul compte est concerné. Les avantages de la centralisation des liquidités dans un pool de trésorerie sont ainsi nombreux : elle permet une meilleure gestion des besoins et des excédents en cash de chaque société, et une meilleure gestion du risque de liquidité. La technique du cash pooling a pour conséquences positives une réduction à court terme du niveau d’endettement ; un meilleur autofinancement entraînant la diminution du recours à l’emprunt ; des taux de rémunération bancaire plus intéressants grâce au placement de plus gros volumes de liquidités.

Quelles conditions pour la mise en place du cash pooling ?

Le cash pooling peut être mis en place dans les entreprises multi-sociétés de tous secteurs. Il est essentiel que les filiales aient entre elles un lien de capital. La mise en place du cash pooling en entreprise est encadrée par le Code monétaire et financier. Certaines étapes pratiques sont ainsi nécessaires à son usage :

  • La vérification des statuts des filiales concernées
  • La mise en place d’une convention d’omnium (convention de trésorerie) entre la holding et ses filiales
  • L’établissement d’une convention facultative de gestion automatisée de centralisation de trésorerie, ou cash pooling agreement
  • La préservation de l’intérêt de chaque société contre certaines dérives visant à privilégier l’intérêt du groupe (abus de biens sociaux, abus de majorité, acte anormal de gestion ou confusion de patrimoines)

Quels sont les inconvénients et les limites du cash pooling ?

Le cash pooling a pour limites la complexité de sa mise en place et les difficultés qui peuvent l’entraver, notamment les contextes fiscaux et juridiques de chaque pays, dans le cas d’une entreprise de dimension internationale. Les filiales sont parfois réticentes à la mise en place d’une gestion centralisée de trésorerie, parce qu’elles perdent en autonomie. Un travail important d’audit est nécessaire avant la mise en place du cash pooling : cette préparation demande du temps et des ressources en interne. Le déploiement d’un système d’information performant et adapté est par ailleurs nécessaire : celui-ci doit être accessible par toutes les filiales et son interface uniformisée. Bien que pouvant faire gagner considérablement en performance financière, le cash pooling est donc une technique de gestion dont la mise en place représente un projet de grande ampleur.

Conseils sur le cash pooling by DIMO Software

Comment gérer le cash pooling dans son entreprise ?

Géré par le trésorier et le DAF de la holding, le cash pooling consiste à faire remonter les soldes des comptes de toutes les filiales de manière régulière vers un compte centralisateur. Les excédents des sociétés remontent vers le compte centralisateur dans un mouvement appelé « sweep ». Le mouvement de redescente de trésorerie vers les entités débitrices est appelé « cover ».

Faire du cash pooling physique

Le cash pooling physique désigne une remontée réelle de trésorerie par transferts de fonds. Plusieurs méthodes de cash pooling automatisées permettent de :

  • Remettre quotidiennement à zéro les comptes des filiales (Zero Balancing Account)
  • Remettre quotidiennement tous les comptes des filiales à un solde déterminé (Fork Balancing Account)
  • Définir un plafond de crédit au-delà duquel les liquidités sont transférées automatiquement sur le compte centralisateur (Target Balancing Account)

Faire du cash pooling notionnel

Le cash pooling notionnel se traduit par centralisation notionnelle : il consiste en une fusion d’échelles d’intérêts et n’induit aucun flux réel de trésorerie entre la société centralisatrice et les filiales. Cette fusion permet aux filiales de bénéficier de taux d’intérêts créditeurs et de taux d’intérêts débiteurs plus intéressants.

Faire du cash pooling international

Le cash pooling n’est pas toujours possible à l’international, notamment parce que certains pays, comme la Pologne, l’interdisent. Lorsque la législation des pays concernés le permet, la mise en place du cash pooling international passe par une centralisation à double niveau : une première centralisation est effectuée dans chaque pays, puis la centralisation internationale est gérée par une banque transfrontalière. Seul le cash pooling notionnel permet par ailleurs le cash pooling multi-devises.

Conseils sur le cash pooling by DIMO Software

Choisir entre cash pooling interne et cash pooling bancaire

La réalisation du cash pooling peut être effectuée en interne grâce aux fonctionnalités du propre système de gestion de trésorerie de l’entreprise, ou être gérée par des partenaires bancaires.

Le cash pooling interne est adapté aux groupes structurés disposant d’un Treasury Management System adapté à la gestion de multiples comptes bancaires. L’un des avantages du cash pooling interne est qu’il offre une plus grande flexibilité aux entreprises. Il nécessite néanmoins d’importantes ressources internes et des négociations avec les partenaires bancaires afin de maîtriser les coûts des virements, notamment à l’international. Le cash pooling interne peut être utilisé pour une gestion multi-devises et multi-banques.

Le cash pooling bancaire a l’avantage d’être adapté aux entreprises de toutes tailles. Il nécessite peu de ressources internes. Son coût doit être négocié avec la banque ou les banques centralisatrices : il est généralement proportionnel aux nombres de comptes. Le cash pooling bancaire a pour intérêt sa simplicité de mise en place. En revanche, chaque contrat de cash pooling ne s’applique qu’à une centralisation mono-devise et mono-banque.

À retenir sur le cash pooling

Le cash pooling est la solution pour une gestion des liquidités optimisée. Un bon logiciel de trésorerie intégrant des fonctionnalités centralisatrices vous donne les ressources internes pour faire remonter les liquidités de vos filiales et piloter les flux de cash avec une vision globale des comptes. 

Partager cet article
Découvrez également

Vous avez un projet, des questions ?

Écrivez-nous et restons en contact

Contactez DIMO Trésorerie
Retour haut de page