Que veulent les trésoriers d’entreprise en 2021 ?

Le baromètre des trésoriers Sage mené en partenariat avec Adelanto s’inscrit dans le cadre d’une veille technologique métier destinée à mieux connaître les nouveaux enjeux auxquels ils doivent faire face. Il s’adresse aussi aux décideurs de la DAF qui ne sont pas forcément des clients Sage.

Thématique abordée lors d’un plateau TV au dernier FORUMDIMO TV.

 

Près de 150 décideurs en trésorerie et direction financière ont répondu au sondage. Un atelier avec Besma Ismail, XRT Business & Product Manager Sage et animé par Martin Dhaler, ingénieur commercial DIMO Software au sein de l’unité Finance.

Quels sont les enjeux principaux au sein des services de trésorerie en France ?

Ce qui a marqué le plus Besma Ismail (Sage) c’est qu’un tiers des trésoriers ne sont pas équipés de solutions dédiées et qu’Excel est encore très présent dans les organisations. Elle a aussi constaté l’importance des aspects de sécurisation et de gestion des fraudes.

La visibilité sur le cash, un premier enjeu stratégique

Le premier enjeu est la priorisation du cash, la gestion des ressources financières au sein de la trésorerie et de la DAF. En effet, la première préoccupation des trésoriers, c’est l’optimisation et la sécurisation des ressources, le cash disponible à très court terme pour anticiper à plus long terme. Il s’agit de jouer sur les leviers liés au besoin en fonds de roulement (BFR), comme le poste fournisseur et le fait de négocier des délais supplémentaires pour gagner de la marge de manœuvre et anticiper d’éventuels encaissements, pour en contrepartie, suivre de plus près le poste client et se prémunir du risque de manque de liquidités pour réduire le recours au recouvrement. Un suivi plus important du prévisionnel.

Faire face à l’urgence par temps de Covid a impacté les besoins en financements et maintenir la trésorerie à flot. Beaucoup d’entreprises (53 %) ont bénéficié d’aides d’urgence via des renégociations, des reports d’échéance auprès des partenaires bancaires. Les prêts garantis par l’Etats (PGE) ont été très utiles mais il va falloir les rembourser et les entreprises devront l’anticiper. Par ailleurs, il faut anticiper la reprise d’activité et un nouveau BFR, de nouveaux achats et investissements qui vont impacter la trésorerie. Or, les trésoriers ne sont pas équipés informatiquement pour suivre tous ces nouveaux flux financiers.

Comment prioriser son cash ?

La solution XRT de Sage a été entièrement redéveloppée depuis quelques années. Désormais modulaire, elle s’adapte à toutes les structures. Certains modules sont activés selon les besoins. Pour prioriser le cash, le module de gestion de trésorerie opérationnelle vérifie les atterrissages de cash et permet d’anticiper le besoin en ressources et donc le prévisionnel de trésorerie. XRT offre la possibilité d’analyser les frais de commissions des frais bancaires. Cette fonction se substitue au trésorier : l’analyse se fait ligne à ligne, la lecture est plus facile pour le trésorier qui dispose d’un réel levier vis-à-vis de ses partenaires bancaires, par exemple en tenant compte des flux et des typologies.

L’analyse des écarts permet aussi de faire vivre sa trésorerie car « On n’améliore que ce que l’on mesure » (dicton DIMO Software).

La visibilité sur le cash un premier enjeu stratégique

La digitalisation de la fonction trésorerie, un deuxième enjeu important !

Elle comporte 3 thématiques majeures :

  • L’automatisation des activités chronophages et récurrente, à faible valeur ajoutée de trésorerie. C’est la tendance au sein de nombreux départements. Pour la trésorerie, il s’agit des processus de rapprochement bancaire côté comptable, l’automatisation de reporting, l’intégration de la donnée.
  • La connectivité, les échanges au sein du SI entre les applications métiers : les trésoriers veulent s’appuyer sur de la donnée déjà disponible dans d’autres applicatifs, notamment dans l’ERP ou la paie, pour établir un prévisionnel fiable de trésorerie. Les trésoriers font actuellement encore beaucoup de ressaisie manuelle d’informations déjà existantes, car les échanges ne sont pas favorisés ou mis en place.
  • Le niveau de restitution désiré. Pour pousser l’analyse de la donnée financière, les trésoriers doivent s’équiper de solutions avec du reporting intégré ou au contraire s’appuyer sur un outil de Business Intelligence (BI) qui va concaténer l’information de divers applicatifs métiers. Ainsi ils disposeront d’outils poussés de pilotage et de reporting pour prendre les bons arbitrages.

Comment gagner du temps et de la productivité ?

Faire de l’analyse nécessite d’avoir un outil qui va permettre d’automatiser le plus possible les tâches à faible valeur ajoutée. Pour Besma Ismail : « Il faut digitaliser au maximum les principales activités de trésorerie. Sage XRT facilite les échanges avec les applicatifs du SI et permet d’avoir du reporting de qualité pour les trésoriers. Sage Enterprise Intelligence, la solution de BI de Sage, notamment met à disposition des connecteurs standards avec les applicatifs métiers, mais surtout des templates, des restitutions et des tableaux de bord pensés pour le trésorier et la DAF à destination des directions générales ».

La digitalisation de la fonction trésorerie un deuxième enjeu important 

La fraude, l’enjeu le plus important ?

Toutes les entreprises sont confrontées au risque de fraude quelles que soient leur taille.

7 entreprises sur 10 ont été victimes d’une tentative de fraude en France, qui est le 5ème pays le plus touché par la fraude externe. La fraude interne constitue aussi un risque pour la trésorerie de toute entreprise. Il existe des fraudes historiques très élaborées et répandues, notamment la « fraude au président », où une personne est très bien informée sur certains collaborateurs d’une société et pousse par exemple un collaborateur à faire des virements frauduleux. Il y a par ailleurs les fraudes au faux fournisseur pour inciter des personnes à mettre à jour leurs coordonnées bancaires. La dimension est ici psychologique et repose sur des failles humaines.

Corolaire des évolutions technologiques, l’augmentation la fraude au ransomware de la part de « hackers » (pirates informatiques) très souvent localisés à l’étranger. Ces personnes bloquent les serveurs d’applicatifs SaaS hébergés chez une société et demandent une rançon pour les débloquer.

Comment se prémunir contre la fraude ?

Sage préconise la mise en place de dispositifs de sécurisation, la sensibilisation des collaborateurs aux risques de fraudes internes ou externes. La mouvance vers le cloudl’hébergement hors de chez client – permet une sécurisation accrue de l’infrastructure en répondant à de hauts standards de sécurité. On monitore et sécurise certains flux importants dans le cas des ransomwares ou tout autre type de fraudes. Sage XRT permet de fiabiliser la base tierce, d’obtenir un flux sécurisé de bout-en-bout avant la transmission des fichiers vers les banques. On aura la mise en place de multi-factors (authentification forte des connexions des utilisateurs à une solution), on pourra initier des workflows… Tous ces sujets tournent autour de la communication bancaire. La solution Sage a du reste été élue solution la plus sûre du marché en termes de connectivité bancaire par le Silicon Security Award 2019.

La fraude l'enjeu le plus important

Les priorités des trésoriers en 2021

En résumé, les 3 enjeux principaux pour les trésoriers sont :

  • Priorité au cash et à la visibilité
  • Digitaliser et donc automatiser des tâches à faible valeur ajoutée
  • Bénéficier d’une sécurisation accrue

Dans ce contexte, Sage va aider à structurer la fonction trésorerie.

Le club client XRT est le lieu idéal pour découvrir les dernières évolutions.

En savoir plus sur la solution Sage XRT

Partager cet article
Découvrez également

Vous avez un projet, des questions ?

Écrivez-nous et restons en contact

Contactez DIMO Trésorerie
Retour haut de page